"Seul la longueur et la dureté de l’aventure permettent de se retrouver avec soi-même, de réaliser un voyage intérieur au plus profond de son corps et de découvrir des ressources morales et physiques jusqu'alors insoupçonnées. Le corps humain est une machine tantôt surprenante tantôt merveilleuse avec une capacité d’adaptation hors du commun"

80k du Mont-Blanc – Compte rendu – Race report

Que dire si ce n’est qu’une première grande victoire sur une course de cette envergure ça se fête! Dans un endroit extraordinaire avec un paysage fantastique et sous un soleil de plomb…cette course va me laisser des souvenirs et des frissons pour un bon moment! Ca tombe bien c’est pour ça que je fais de l’Ultra Trail ;-) Replongez dans ma course grâce à ce compte-rendu et si vous avez des questions, n’hésitez pas à commenter ou à me contacter! Mon noeud pap’ se fera un plaisir de vous répondre! Phénoménal !!! Grandiose !!! Ce sont les premiers mots qui me viennent à l’esprit quand je pense au 80k du Mont-Blanc. Grandiose, magnifique, splendide en terme de paysages, de sentiers, un juste mélange entre sentiers techniques, aériens et vallonnés mais également et surtout en terme d’émotions ! Un trail engagé, difficile ou une bonne maîtrise des différents paramètres est nécessaire pour aller au bout quelque soit sa position. En écrivant ces lignes j’ai des frissons… Si l’on m’avait dit avant cette saison et même juste avant cette course que j’allais gagner le 80k du marathon du Mont-Blanc, non seulement je ne vous aurais pas crû mais je vous aurais ri au nez, mais non ce n’est pas mon style ! Et ben voilà, j’ai inscrit mon nœud pap’ au palmarès de cette classique du calendrier international. 80k_Pierre_Raphoz Revenons sur cette aventure… Un peu moins de 5 semaines après mon retour à l’entraînement, cette course tombait un peu tôt pour que je puisse juger des mes aspirations surtout que les dernières semaines d’entraînement ne m’ont pas permis de me mettre en confiance avec des sensations plus que moyennes. Une impression de jambes lourdes, de manquer cruellement de jus. Les courses de préparation depuis la XL race (Scenic trail un 24k et un KV) ont montré quelques progrès par rapport à Annecy mais sans plus. Je comptais donc sur les 3 jours de repos d’avant course pour faire du jus et faire monter l’envie mais avec le boulot et l’organisation de l’anni surprise de ma femme en parallèle peu de temps pour le repos et la relaxation. J’arrive donc le jeudi 23 juin à Chamonix pour le retrait du dossard et pour le contrôle antidopage organisé par l’ITRA. Une prise de sang et un bel hématome plus tard, je peux passer au contrôle matériel. Nous logions dans un bel appart’hôtel dans Vallorcine au cœur de la bataille du lendemain. Maya, Flo, Andrea et Aurelien me rejoignent un peu plus tard ce qui repousse passablement l’heure du couché (à 23h15 pour être précis) ;-) et comme le réveil sonnera à 2h15 le lendemain, le compte est vite fait…très peu de sommeil ! Le départ Préparation d’avant course raccourcie compte tenu de l’heure, le temps de prendre un petit petit-déj et de s’équiper pour cette belle journée en montagne ! En mode full Compressport ;-) J’ai opté pour l’underwear rouge et l’overshort noir mais sans manchons R2, les manchons pour les bras blancs, le headband blanc, mes Inov8 X talon 212 au pied, fidèles au poste et mon noeud pap’ rouge ! On arrive 15min avant le départ sur la ligne, l’échauffement n’a duré que 5 min, la balade sera suffisamment longue par la suite ;-) Du beau monde sur la ligne, Caroline Chaverot, Séb Chaigneau, les Hoka boys, Aurélien Collet et Guillaume Beauxis ainsi que le Vallorcin Sacha Devillaz, un plaisir de le revoir avec en souvenir notre 4ème place partagée à la CCC ! Je croise également Lionel Poletti, vainqueur de l’Ultra Montée du Salève en avril, un plaisir également. Enfin, Laurie la galinette en plein dans son film de course apporte une touche de bonne humeur comme à son habitude ! Le Galishow est lancé ! Passion_trail Le départ est plutôt lent, prudent, personne ne prend les choses en main dans les rues de Chamonix, tout le monde reste groupé. Dès les premières pentes de la montée au Brévent, Aurélien Collet prend les devants et impose son rythme, suivi de Guillaume, de Vivien et de deux autres coureurs. Je suis entre la 6ème et la 7ème position, en contrôle pour me mettre en route ! La première montée est très agréable, la température est parfaite, faut en profiter car plus tard ça ne sera pas la même histoire ;-). A un moment donné Aurélien augmente l’allure, Guillaume lui emboite le pas et je vois qu’un écart se creuse et que les autres ne vont pas faire l’effort ! Je décide donc d’y aller, de recoller pour les garder en point de mire, je passe en 3ème position ! Je recolle assez facilement et nous nous échappons à 3. Mais peu à peu Aurélien ralentit permettant au groupe des 6 de derrière mené par Séb Chaigneau de recoller à 300m d+ du sommet. Je ne veux pas prendre les commandes car l’allure me convient et la course est encore très longue. Le passage sur la crête avant le Brévent est juste splendide, un balcon avec la vue sur le Mont-Blanc recouvert de son manteau rose en cette magnifique matinée. Nous traversons quelques névés avant d’atteindre le sommet ! Je pointe 3ème en haut. L’échappée belle… Dès les premières pentes de la descente dans la neige, je prends les commandes, j’ai envie de m’amuser dans la neige et je me laisse aller sans trop réfléchir aux autres, je me fais vraiment plaisir. A Planpraz, le groupe de 9 a explosé et seul deux autres coureurs m’ont suivi, nous allons rester à 3 jusqu’à la tête aux vents, puis sur la crête, nous partons avec Guillaume ! ESGP9417 Une magnifique descente sur le col des Montets où un splendide bouquetin nous ouvre la route et nous défie du regard, splendide! Nous arrivons déjà au premier grand ravito, Le buet km 26 ! Je vois pour la première fois mon équipe de choc Maya et Cédric, au top comme d’habitude ! Mon ongle commence à me gêner tout comme ma cheville un peu incertaine avant la course mais sinon tout va pour le mieux, la course commence et le plus dur reste à venir avec comme invité spécial et inattendu, la canicule !!! La montée sur la Loriaz est régulière, Guillaume me suit à 20 secondes et nous montons à un rythme similaire, il me rejoint même sur le sommet avant de basculer. Dans cette courte descente, je prends mon rythme et au bout de quelques minutes je ne vois plus Guillaume. Etonné je continue ma route, les voyants sont au vert donc l’aventure se poursuit. Le mur… Puis arrive la montée vers le barrage d’Emosson, un mur et surtout une montée aussi belle que compliquée de part sa technicité, il faut s’aider des mains et surtout car on ne voit pas le bout. Ce fameux barrage se cache et n’est visible que depuis le sommet ! Je me sens bien même si je sais que derrière ça peut revenir à tout moment ! je discute avec Fred Bousseau de Trails Endurance Mag et l’ami Fredo Morand, le premier en profite pour enregistrer une vidéo « live » de la course !Intéressant en plein effort dans une pente raide de répondre aux questions pertinentes de Fred ;-) L’arrivée sur le barrage est magistrale, qui plus est, en tête, j’entends Maya m’encourager au loin, puis le public qui m’attend au ravito ! J’en ai des frissons, on est passé en Suisse et je suis en tête du 80k Mont-Blanc ! J’essaie de ne pas y penser mais l’émotion est belle et bien présente, je tente de canaliser cette énergie positive, j’en aurais besoin plus tard dans les moments difficiles ;-) Quel paysage, nous sommes véritablement des privilégiés! IMG_1700 Un ravito de 2min où je retrouve mes parents, Maya, Mimi et Cédric, quel plaisir de les revoir !Je repars pour une descente très technique dans sa première partie, je me fais plaisir mais mon ongle me gêne de plus en plus ! Au Châtelard, lors du contrôle matériel, on m’annonce que j’avais 7min d’avance sur Guillaume au barrage d’Emosson et 15min sur un groupe de poursuivants. La suite, d’après le profil, s’annonce coriace avec une montée en 3 temps, mon rythme est toujours bon et le moral bien évidemment également ! Je prends du plaisir à ouvrir la route et au sommet de cette interminable montée, sur la crête, je profite pour m’amuser avec l’hélico venu me filmer. Les jambes répondent toujours bien mais quelques signes de crampes apparaissent ce qui m’inquiète avant la grosse descente vers Le Tour où m’attend mon équipe. Je n’ai rien pour soulager ces mollets, je décide donc de ralentir quelque peu jusqu’au ravitaillement et de ne pas forcer en descente. Au ravito, je prends un max d’aliments salés et je demande à mon équipe de me trouver qqch pour le dernier ravito car sinon ca va être compliqué dans la toute dernière descente notamment. L’écart avec mes poursuivants se stabilise mais je profite un maximum de ces moments avec mes proches ! La portion entre les deux derniers ravito est horrible, pleine de relances interminables; pleins de fois, je me demande mais ça remonte quand sèchement ?! Après avoir assouvi un besoin naturel caché du mieux possible ;-) je me rapproche du dernier ravito mais des passants m’orientent sur le balisage du 10k du lendemain par erreur je continue 400m et, heureusement, Cédric m’aperçois au loin et au prix d’un gros sprint me crie de revenir. Probablement 3min de perdu dans l’histoire mais les dégâts auraient pu être bien pire si mon équipe n’avait pas eu l’œil ! Au ravito, je reprends mes esprits, je m’alimente et repars le couteau serré entre les dents, dernier grosse montée de 1000 d+, un KV !Je tente de maintenir un rythme qui empêcherait un poursuivant de revenir. La montée jusqu’à Montenvers est splendide tout comme le passage sur la crête juste après avec un magnifique panorama de la vallée de Chamonix! Cette montée s’est bien déroulée pour moi, les sensations sont toujours bonnes et ça commence à sentir très bon cette histoire! Par contre, je n’ai aucune indication sur les écarts avec mes poursuivants. Sur cette crête, mon esprit s’évade et inconsciemment je m’imagine déjà dans les rues de Chamonix! Grosse erreur…petite conséquence!  je pêche par manque de concentration et je chute sur mon genou droit, au final plus de peur que de mal, je m’en sors avec un bel hématome et un petit saignement. La délivrance… Enfin la dernière descente, terrible, qui demande beaucoup de concentration ! Le problème en descente c’est que la gestion n’est pas vraiment possible, on s’expose plus à la chute en ralentissant que si on garde son rythme, je tente donc de maintenir une bonne allure et surtout d’éviter de m’imaginer lever les bras! Puis le dernier km dans les rues de Chamonix avec un petit arrêt devant les barrières du train pour la touche imprévisible. Quelles émotions ces arrivées chamoniardes. Cette dernière ligne droite, face à l’église, reste un endroit magique pour moi et pour de nombreux traileurs ! La voix du mythique, du grand Ludo Collet donne directement des frissons ! Et le reste se passe de commentaires, les proches, les amis et une première grande victoire en Ultra en 10h52’ après de nombreuses belles places sur d’autres grandes courses, une concrétisation du travail et des progrès accomplis et le plein de confiance pour la suite de la saison. IMG_1796 Dédicace spéciale à ma petite femme Maya qui faisait ses 30 ans le jour d’après !!! Podium final : 1) Diego Pazos 2) Guillaume Beauxis 3) Rémi Berchet Je tiens à remercier du fond du coeur mon équipe de soutien: Maya que vous commencez à connaître, mes parents, toujours là pour me soutenir, Cédric, le rookie dans la team ravito mais qui a probablement sauvé ma course ;-), mimi et sa joie de vivre contagieuse ainsi que tous ceux qui m’ont encouragé de près sur les sentiers ou de loin sur le livetrail notamment! VOUS ETES GENIAUX!!! Un grand merci également à Eric Lacroix, mon COACH depuis le début de l’année, qui me permet de poursuivre mes rêves et surtout de progresser. Je m’identifie totalement dans son approche du trail running! MERCI à COMPRESSPORT pour la confiance et le soutien, une marque jeune et dynamique qui recherche sans cesse l’inovation!Et merci à inov8 pour ces chaussures toujours aussi confortables. 80k_Generation_Trail5 Un grand bravo à Caro Chaverot pour son incroyable course! Impressionnant! Et bravo à mes potes Flo The Flowone et Jean No pour être venu à bout de cette course terrible qui n’épargne personne avec ces 47% d’abandons!!! La raclette d’après course est bien passée ;-)   Qu’en dit la presse? ;-) http://www.lequipe.fr/Adrenaline/Tous-sports/Actualites/Immersion-au-coeur-du-marathon-du-mont-blanc/700713 http://www.24heures.ch/sports/nud-pap-diego-pazos-s-senti-pousser-ailes/story/25925459 http://www.generation-trail.com/Trail-2014/80km-marathon-du-mont-blanc-2016.php http://carreraspormontana.com/noticias/diego-pazos-se-lleva-la-victoria-en-los-80km-du-mont-blanc http://www.trails-endurance.com/actus/trail/8okm-diego-pazos-a-papillonne-caroline-chaverot-a-survole/  

80km du Mont Blanc, bowtiepower, Chamonix, ChiaCharge, Compressport, Cours pour Manon, inov8, mulebar, noeudpap, swiss ultra trail, trail running, ultra trail runner, ultra trail running, zpeedy


DIego Pazos

DIego Pazos

Tombé dans la marmite du Trail et de l'Ultra Trail en 2012. Je parcours les crêtes et les sommets à la recherche d'aventure, de découvertes et d'émotions.

Laisser un commentaire

Copyright © 2016-2019 Diego Pazos