"Seul la longueur et la dureté de l’aventure permettent de se retrouver avec soi-même, de réaliser un voyage intérieur au plus profond de son corps et de découvrir des ressources morales et physiques jusqu'alors insoupçonnées. Le corps humain est une machine tantôt surprenante tantôt merveilleuse avec une capacité d’adaptation hors du commun"

Trail de la Galinette

Voilà le premier trail de l’année, premier test grandeur nature de la saison en vue de la Transgrancanaria dans une région, aux alentours de Marseille. Mais Pourquoi et comment le trail de la Galinette ? En fin d’année 2015, je reçois une super invitation de Galipépé, la fameuse galinette Perrine que nous avons rencontré à la diagonale des fous, et de l’organisation du Marseille Trail Club (MTC). Je n’hésite pas longtemps, après tout, un petit weekend dans le sud en plein hiver ça ne peut faire que du bien. Arrivée à Cadolive chez Galipépé et Galijuju (Julien le copain de Perrine) le vendredi soir tard dans la nuit. Le lendemain Emilie Lecomte et Franck nous rejoignent pour une somptueuse balade dans les calanques de Marseille en mode détente. Un plaisir de côtoyer une championne comme Emi !Plus tard, Caroline Chaverot et Apos le fameux monkey style ultra runner nous rejoindront également dans la maison. Un samedi soir bien joyeux avec un repas sans gluten, sans lactose et végétarien n’est ce pas les filles ? ça chambre, ça rigole ! La veille de la course est plutôt très détendue et j’adore ça ! Une super équipe et une ambiance du tonnerre ! Le départ est à 8h le dimanche matin, il fait frais mais le soleil est bel et bien annoncé donc pas de panique. Sur la ligne, Emilie, Caro, Vincent Delebarre parmi plein d’autres traileurs prêts à en découdre ! Ca en fait des victoires au compteur sur cette ligne, honoré d’être parmi eux ! Nœud pap oblige, le départ est donné !je ne savais pas à quoi m’en tenir, on me dit « c’est de la caillasse » en même temps je n’ai pas vraiment de points de repères en terme de caillasse, je prends donc le parcours comme une découverte ! Et purée je ne vais pas être déçu, je vais en manger du caillou… Première montée raide au Mont Julien maîtrisée en 2ème position, ça pique de partir direct en côte mais au moins ça réveille ;-) puis un sentier dans un vallon, roulant, magnifique et ludique, des prises d’appui simples avec des petits changements de direction permettant de jouer avec le sentier…j’adore  Déjà le premier ravito, top les jambes vont bien, je suis en tête avec 1’ d’avance et mon mollet, source de soucis la semaine avant la course ne me gêne pas… Malheureusement joie de courte durée car juste après, je ressens ce durcissement du mollet et la crainte de me le fusiller, je lève le pied et me fait reprendre par Guillaume Porche. Les montées se passent bien, avec moins de gêne, elles sont ludiques, raides parfois, par contre les descentes, normalement mon terrain de jeu, sont un calvaire avec ce mollet. Je m’accroche sans trop penser à l’arrivée, je prends les kilomètres un par un et advienne que pourra. Les premières descentes techniques apparaissent dès l’attaque du Garlaban, et quelles descentes ! Un assemblage de grosses pierres et de petits cailloux empêchant toute pose normale du pied… Un vrai « champ de mine » entre ceux qui te tranchent la semelle et ceux qui en veulent à tes chevilles, ces cailloux ne sont pas là pour t’amuser et je sens que la course sera longue ! Mes Inov8 tiennent la route mais avec le passage des kilos je sens que je vais devoir serrer les dents ! Pas grave j’adore ça et plus c’est technique moins on s’ennuie ;-) L’arrivée au sommet du Garlaban, toujours en tête, suivi à 30’’ de Guillaume, marque, je le pense, la fin du dénivelé, faut dire que je n’avais pas véritablement étudié le parcours…et ben je vais me faire surprendre car la fin de course soi disant roulante sera en fait un enchaînement de montagnes russes dans de la caillasse où chaque appui doit être instinctivement juste au risque de perdre une cheville et de s’étaler sur du rocher…donc je vous passe les conséquences en cas de faux pas ;-). Tout au long de la course, Guillaume est resté au contact et c’est tout naturellement que lorsqu’il est revenu sur moi dans une descente, on s’est dit qu’on voulait partager cette victoire ensemble. Un super bonhomme, humble et qui respire le bonheur, tout ce qu’on aime dans notre sport. Au final, 45km, 2600 D+ sur un tracé ludique, technique et très difficile pour des personnes découvrant la caillasse ! Un magnifique trail de début de saison, une parfaite préparation pour la suite de la saison et une organisation sans faille, un balisage parfait (ce qui peut rassurer quelques lecteurs). Maya a également bien dégusté du caillou sur le 25km et 1200 D+ ! Bravo à ma moitié, épatante de courage et une expérience à renouveler  Merci au MTC et aux bénévoles au top, en particulier à Cathy et Séb Telouk pour leur générosité et leur accueil et un énorme merci à Galipépé et Galijuju pour nous avoir choyer comme des stars, un vrai luxe, quelle classe ;-) De très belles rencontres avec Emi, Caro et Apos et de super souvenirs avec Romain, Laurence de la team Diagonale des fous !

galinette, saison 2016, trail de la galinette


DIego Pazos

DIego Pazos

Tombé dans la marmite du Trail et de l'Ultra Trail en 2012. Je parcours les crêtes et les sommets à la recherche d'aventure, de découvertes et d'émotions.

Laisser un commentaire

Copyright © 2016-2019 Diego Pazos